Etudes / Conseil

La SORGEM est au côté des collectivités dès l’origine, dans la lente maturation des projets, en amont de toute dimension opérationnelle. Vingt-cinq années d’expérience et d’intervention sur le territoire essonnien ont forgé l’acuité et la finesse d’analyse de ses chargés d’études. Observateur de l’évolution du territoire, la SEM prend en charge de nombreuses études urbaines ou territoriales, préalables aux choix d’aménagement et garantes de propositions adaptées à leur contexte.

Des échelles multiples

Qu’il s’agisse de stratégie foncière, de faisabilité opérationnelle ou de définition des documents d’urbanisme réglementaire, l’équipe de la SORGEM et ses partenaires ont ainsi réalisé, ces dernières années, de nombreuses études :

- à l'échelle communale : aménagement de l’écosite de Vert-le-Grand, plateau d’Ormoy, gare de Saint-Michel-sur-Orge, plans locaux d’urbanisme

- à l'échelle intercommunale : projet de territoire de la Communauté d’agglomération du Val d’Orge, étude sur le réaménagement de la RD 445 pour la Communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne, Atlas foncier.

Base aérienne 217

750 hectares répartis entre Brétigny-sur-Orge, Le Plessis-Pâté, Leudeville et Vert-le-Grand.
Missions de la SORGEM : accompagner les collectivités dans la préparation et la mise en œuvre du contrat de redynamisation du site.

Le pôle maraîcher biologique, pilier du développement : 75 hectares sur la BA 217

Depuis décembre dernier, la SORGEM, missionnée par l’Agglomération du Val d’Orge, travaille aux côtés de la paysagiste Marion Talagrand (AMT), de la SAFER Ile-de-France et du bureau d’études Techni’Cité sur l’élaboration de scénarios fonctionnels et opérationnels pour la mise en œuvre d’un pôle maraîcher biologique de 75 hectares SAU sur la BA 217.  L’objectif est d’accueillir les premiers agriculteurs courant 2017.

Le projet de pôle maraîcher se veut être un modèle de développement intégré et s’inscrira dans les lignes directrices du Plan Guide de l’AUC.  Un diagnostic paysager et agricole poussé a permis de dégager l’ensemble des enjeux du projet et les invariants (eau, trame végétale, liaisons territoriales…). Compte tenu de la situation périurbaine complexe, le paysage a été la porte d’entrée de l’élaboration des scénarios de développement du pôle maraîcher : le pôle maraîcher sera un objet paysage identifiable et identificateur du territoire du Val d’Orge ainsi qu’un lieu exemplaire sur le plan écologique.

Porté par l’ambition du Val d’Orge et de ses différents partenaires, le projet cristallise de nombreux enjeux à savoir : le développement territorial, la mise en place d’un nouveau modèle et objet d’agriculture biologique, la qualité de vie et le logement des agriculteurs, la mutation du plateau Centre-Essonne ou encore la mutualisation des outils de production et la création de boucles écologiques. Le pôle maraîcher est ainsi envisagé comme un lieu de déploiement de l’art de cultiver la terre en prenant en compte toutes les interactions du milieu vivant permettant le développement d’une agriculture autonome à une échelle donnée (permaculture).

Les scénarios opérationnels mis en œuvre et notamment le phasage et la programmation de la première étape offriront à la fois des espaces de travail et de vie aux agriculteurs et créeront un lieu de destination pour les habitants du Val d’Orge et d’ailleurs. Cette première phase permettra de rouvrir cet espace clos au public et de l’ancrer dans le territoire grâce à la création d’un nouveau paysage et de connections aux réseaux viaires existant ou passé.

Comme le dit Marion Talagrand, « le projet de pôle maraîcher est une pierre angulaire du projet de la base aérienne. Il participe fortement à la mise en œuvre de ses quatre enjeux territoriaux : le caractère innovant du projet, l’effet de diffusion de pratiques vertueuses, la capacité à créer des liens territoriaux et la structuration de l’interface « urbain » « rural » ».

Les prochaines étapes clefs du projet sont le lancement de la sélection des porteurs de projets, la mise en œuvre opérationnelle et les premières récoltes du pôle maraîcher de la BA 217 courant 2017.

 

 
   

 

 

Répartition des projets au sein de la base aérienne 217

 

Missions type PLU

Pour répondre aux besoins et aux attentes des collectivités, la SORGEM s’est associée à un ou des bureaux d’études spécialisés pour constituer des équipes très complètes : architectes, géographes spécialistes de l’environnement, sociologues, juristes.
Ainsi la SORGEM peut accompagner les collectivités dans l’élaboration de leurs documents d’urbanisme et de développement territorial : élaboration de Plans locaux d’urbanisme (PLU), révision de PLU, élaboration de Schéma de cohérence territoriale (SCOT), révision et modification de SCOT.
Parmi nos références : création ou révision du PLU de Saint-Michel-sur-Orge, Sainte-Geneviève-des-Bois, Le Plessis-Pâté, Vert-le-Grand.

 

Missions de conseil

Elle mène aussi des missions très en amont des phases opérationnelles, pour étudier la faisabilité d’aménagement et d’opérations d’aménagement.
Ces missions permettent par exemple d’étudier les gisements fonciers d’une collectivité et de décliner opérationnellement la mise en œuvre d’un plan local de l’habitat ou d’implantations d’activités. Elles peuvent aussi concerner des études très pointues de "marketing territorial".

Parmi nos références : Etude de faisabilité d'une opération multisite à Lardy

Le 2 mai 2013, la SORGEM a été missionnée par la commune de Lardy pour réaliser une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage circonscrite aux études préalables à la création d'une opération multisite sur les secteur gare de Bouray, Tire-Barbe et rue Jacvques Cartier sud. Cette mission de six mois a consisté à accompagner la ville dans le choix d’un maître d’œuvre, à piloter l’ensemble des études techniques et de programmation jusqu’à la présentation de trois esquisses, à réaliser un diagnostic foncier, à proposer un montage financier pour l’opération ainsi qu’à conseiller sur la ou les procédures les plus adéquates. Cinq comités de pilotage entre la ville et la SORGEM ont été mis en place.
Le diagnostic «en marchant» a permis de créer un socle commun de connaissances entre élus, services et prestataires et un partage d’expériences sur l’ensemble des sites,  de renouvellement urbain ou d’urbanisation ex-nihilo.

 

OPC urbain (ordonnancement, pilotage et coordination)

 

L’ordonnancement des tâches, le pilotage des actions et la coordination des acteurs (OPC) constituent, par leur caractère transversal, un outil de gestion répondant à la complexité des projets de rénovation urbaine.

La SORGEM, par sa nature et ses compétences en aménagement et en construction, dispose de l’expérience, de l’expertise et des savoir-faire pour mener à bien un projet de conduite opérationnelle de projet complexe.
La pratique de pilotage de projet est diverse, allant de l’élaboration du projet à son exécution (de l’étude préalable au suivi de chantier), tout en assurant l’ensemble des missions transversales nécessaires à la réussite du projet (financement, aspects réglementaires, administratifs et juridiques).

Parmi nos références

Missions de conduite opérationnelle en secteur ANRU